samedi 17 novembre 2007

"ALLLLELUIIA" de CARL (le tout puissant)

dimanche 28 octobre 2007

Poème complet qui se trouve partiellement sur le site

www.dieunexistepas.com

Évidemment

Après la vie, c’est fichu
T’as beau y croire,
Pas de salut
Ce n’était qu’un abreuvoir,
Tu n’as suivi que le chemin
D’un sursis, t’avais besoin d’un copain
Pour te tenir la main
Pour te lever le matin.
Demain, c’est la mort
Et pas l’aurore
D’un lendemain.
Quand tu es mort, c’est la fin.

Tes convictions sont millénaires,
Mon intuition est terre-à-terre.
Assis sur ton perchoir
Tu en as oublié la cage
C’est moi qui ai le crachoir
Vous n’êtes que des otages.

La foi n’est pas toujours une question
De choix. Vu l’embarras parfois
d’avouer que l’on ne l’a pas vraiment
Le choix. Croyant victime des traditions
Inculquées de génération en génération.
On échoit sur la plage des ses tourments
Et si des fois, vous entendez des voix
Ce sont celles de la soumission.

Le père, le fils et le pauvre d’esprit
Pris dans l’engrenage, alors ils prient

Ne vous en faites pas, au final
Dans votre résonnement bancal
Le purgatoire aura raison de ma morale.
Pas de quoi enfourcher vos sandales
Et d’en faire un scandale,
Ce n’est qu’un mécréant qui vous parle.

Ma maison a un toit
Le tien est dans les étoiles
Qui payera l’ardoise
L’humanité en générale.
L’Expiation fera de toi
Un martyr vivant derrière le voile
Des paroisses qui pavoisent
En attendant ton dernier râle.

Tu n’as pas un radis
juste l’espoir d’un paradis.
Tu rêves d’ascensions
Et végètes sans ambition
En acceptant ta condition
Fantassin au bataillon d’une religion
Assassins en sursis d’une procuration.
Que d’Innocents tombés pour une illusion !

Dans la peur du jugement divin
C’est la peur qui est ton seul larcin

De quelle époque les croyances sont fiables ?
C’est notre dieu à nous qui est le bon !
Ou c’est le même qui tente le diable
En changeant de costume, de coutume et de nom ?

Avant que jésus passe à table
À qui fallait-il vendre son âme ?
À se demander si ce n’est pas une fable
Pour nous fidéliser à leur came !

Une métaphore de l’ivresse en vain
Dans une amphore vide de vin.

Un jour, l’homme, libéré de ses croyances
Découvrira la raison de sa maigre pitance.
Nos péchés deviendront des fautes
qu’il faudra bien assumer
sans en référer aux hautes
Instances qui pouvaient nous pardonner.

L’excès nuit en tout
Dans votre cerveau vit un fou
Qui vous dit œil pour œil, dent pour dent,
Les méchants, ce sont les suppôts de Satan,
Et tous les pédés ou tous les gens
Qui votent pour l’avortement.

Réveille-toi, il n’y a pas de nirvana,
Le père Noël bosse pour coca-cola.
C’est à qui vendra le mieux son blabla
C’est grâce et cætera, parce que et cætera

Dans le ciel se trouve le seuil
De ma crédulité.
Dans votre sac à dos, vous portez le deuil
De notre liberté d’exister

Ce n’est pas de l’esbroufe, ni de l’audace
Votre vérité n’a pas de reflet dans la glace.

De ce chêne, vous en êtes les glands
Une chaîne faite de croyants
Marchant à contre-courant
De l’éthique.
Reniant les vents
De la logique
En préférant
Un dieu unique
Aux pouvoirs magiques.

Évidemment !

C’est rassurant de pouvoir se rassurer
Tire les ficelles et c’est le pouvoir assuré.
L’or à votre cou vaut plus que sa croix
Il n’y a pas de dieu, c’est le pognon le roi.


Tu as peur de mourir
Pas de quoi en sourire
T’as défaite est de croire
en une potion illusoire
qui te donne la force
imperméable d’une écorce
en fer forgé
que l’on ne peut forcer
parce que le doute
ne fais pas partie de la joute.

Havre de paix
Facile et désuet.

Tu es
Je suis
Et l’on se tait.
Parce qu’il faut se taire
A chacun de cultiver sa terre
D’amertume
De coutume
Un costume que l’on se taille
Parce qu’on n’est pas de taille
A assumer notre peur
A assumer nos erreurs
A mourir sans les honneurs
D’une tombe sans les fleurs
De la reconnaissance
du fil de notre errance

On rêve d’autres aurores
Qui nous ramènerons à bon port

Je ne suis pas d’accord
Croire en dieu c’est être déjà mort
Dans ce pire c’est vous le meilleur
Il faut vous mettre à la hauteur
De l’humanité qui veut corriger ses erreurs
Sans se déculpabiliser par un imposteur
De bienfaiteur…

Lettre ouverte à un croyant (Témoignage de SÛRYÂ SATJADITH KRISHNAN)

LETTRE OUVERTE À UN CROYANT

Témoignage de SÛRYÂ SATJADITH KRISHNAN

Ce témoignage a ému toute l'équipe d'athées endurcis que nous sommes. Lettre réponse de notre amie Sûryâ à un correspondant qui lui demandait les raisons de son antireligiosité, l'émotion qu'elle inspire se passe de commentaires. Des raisonnements médicaux, sous forme de rapport compréhensible par tous sont en cours d'élaboration. Ceux-ci sont stupéfiants : la religiosité est une dangereuse névrose.

Je suis née à Pondicherry, au Sud de l'Inde, où j'ai toujours vécu. Récemment, j'ai trouvé un poste à Bombay pour terminer mes études et j'y réside encore. J'ai cependant un peu voyagé dans les pays voisins et ai passé quelque temps à Genève, en Suisse, grâce à un projet de l'OMS où j'avais participé. Un court séjour de 6 mois.
Je suis donc francophone, née d'un père hindi mais d'une mère chrétienne. Cette religion est minoritaire en Inde où l'influence des autres religions dominantes s'est bien entendu intégrée à mon vécu et à ma culture.
Je ne suis pas scandalisée par vos propos, ni me revendique d'une aussi grande différence culturelle que vous avez supposée par quelques préjugés et par l'interprétation de mon nom et prénoms; ce qui n'est pas un reproche. Je suis cependant indignée par cette idyllique vision d'un Jésus, prophète du bien, qui aurait apporté une notion d'amour et de... mettons de tolérance. Ceci venant principalement de deux phrases qui sont tout le fondement de la "philosophie" chrétienne: "Si on te frappe la joue gauche, tends la droite" et " Aimez-vous les uns les autres..." (Je simplifie si vous le permettez.).
Je vous épargne la stupidité de la première, que je pourrais accuser d'être responsable de la passivité et du défaitisme devant l'adversité, en espérant une vie meilleure dans l'au-delà, et j'aurais beaucoup de peine à vous expliquer le lieu commun qu'est la seconde s'il n'était pas une évidence, car je ne serais sans doute pas née pour en témoigner...
Croyez-vous vraiment que Jésus ait inventé l'humanisme et l'amour sur terre ? Que les gens de son époque et bien avant lui ne savaient pas partager et n'aimaient pas leurs amis et leurs enfants?
Que faites-vous de toutes les paroles prêtées à Jésus qui affirment tout le contraire ? Et de toutes les actions que des gens ont commis par la suite au nom de cette idéologie appelée "Christianisme"?
Jésus dit: " Je suis venu pour diviser les hommes entre eux et manifester exactement ce qu'ils s'efforcent de cacher. Ce sera tellement terrible que les gens d'une même famille seront capables d'oublier leur amour et de se déchirer entre eux: le père contre son fils, la fille contre sa mère, la belle-fille contre sa belle-mère, en fait, ton pire ennemi sera celui qui vivait sous ton toit ou qui fréquentait ton assemblée. Mais si tu aimes ton père, ta mère ou ton assemblée plus que Moi, tu n'es pas digne de Moi. Si tu ne choisis pas de renoncer à tout cela, même si ça t'écrase comme ce morceau de bois qu'on m'a collé dessus, que j'ai dû traîner sur des kilomètres, et sur lequel finalement on m'a cloué, si tu ne prends pas ta croix toi aussi, alors tu n'es pas Mon disciple. Si tu veux te cacher et continuer de vivre tranquille, cette vie que tu veux sauver, tu la perdras. Mais si pour Moi tu perds ta vie, alors tu la retrouveras. "
Je ne vous ferai pas l’affront de vous citer l'inspiration de ce résumé et ne vous demanderai pas non plus d’explications théologiques. Je vous le cite simplement pour illustrer les notions de partage version Jésus ; et je vous épargnerai aussi mes commentaires sarcastiques…
Revenons sur les conséquences de cette idéologie: Nieriez-vous l'inquisition au nom du Christ ?? Les croisades au nom du Christ?? Les pogroms latins au nom du Christ?? Et comme s'il n'y avait que ça! Le christianisme ne s'est pas arrêté aux frontières de l'Europe.
L'Église et les hommes, au nom des différentes religions, continuent leurs atrocités et continueront encore au XXIme siècle. Vous ne pouvez le nier, mais votre foi (??), par je ne sais quel processus neurologique, vous empêche de le prendre clairement en considération .
Sans doute allez-vous me rétorquer que ce sont les gens et non pas leur religion qui ont commis ces crimes ? Alors suivons un petit raisonnement simple, sans aucune intention insultante (je l'ai copié du courrier d'un ami européen) :
1) Les doctrines religieuses sont directement liées aux actions commises en leur nom, et réciproquement (et peu importe les très diverses interprétations personnelles du message de ces mythologies). Prétendre le contraire reviendrait à affirmer que le nazisme est indépendant de ce que les nazis ont fait au nom du nazisme. Il y avait sans aucun doute des nazis honnêtes et humains... Le nazisme pourrait-il être réhabilité pour autant? Je ne le pense pas, et vous?
Petite métaphore qui rend le tout limpide comme l'eau bénite:
2) Je crois (lisez JE CROIS) en l'être humain et en sa sociabilité naturelle ; c'est donc l'endoctrinement qui le rend mauvais et criminel à mes yeux. Toutes les abominations exécutées par de grands groupes d'hommes, soit des actions de masse, viennent d'un endoctrinement et non pas de leur méchanceté naturelle. Pensez-vous vraiment que les croisés étaient d'une méchanceté naturelle? Que des millions de Pakistanais soient plus mauvais que leurs voisins? Que les catholiques, la nuit de la Saint-Barthélémy étaient plus diaboliques que les protestants? Que les indépendantistes musulmans philippins soient des barbares?
3) Pour cette même RAISON, et suivant ce même raisonnement existentialiste, les actions vertueuses des gens sont imputables à leur altruisme naturel et non à leur foi religieuse. Et cela répond à une de vos questions concernant les bonnes actions commises par des croyants. Choses qui sont dues à leur bonté, leur honnêteté ou leur penchant vers le bien...
C'est donc une totale absurdité que de séparer un dogme ou une religion de ses conséquences, de même qu'il est absurde de séparer la théorie (scientifique, modèle mathématique) de la pratique (expérimentation, applications) ... Chacune confirmant et explicitant l'autre. L'une ne va pas sans l'autre.
C'est, à mon avis, la principale rhétorique des croyants pour échapper à l'évidente monstruosité de leur religion: " (Dieu ou Allah, Jésus ou Muhammad, l'Église ou la religion) n'est pas responsable de ce que d'autres (des hommes) ont commis en son nom". Or tout, aussi bien l'histoire que la logique, la science que la métaphysique (pour une fois qu'elle sert à quelque chose) démontrent le contraire...
Une idéologie est directement liée à ses conséquences et réciproquement. Plus on avance dans l'athéisme, qui est plus souvent issu d'un instinct, un refus, une révolte, plutôt que d'une profonde conviction, et plus on se rend compte qu'on a fichtrement raison d'être une humaniste athée et de lutter contre ces abominations appelées Jésus, Muhammad, Judaïsme, Hindouisme, etc. etc.
L'idéologie chrétienne, à elle seule, a fait plus de victimes, AU NOM DE JÉSUS, que cent holocaustes. Que dis-je, il n'y a pas de terme pour définir la monstruosité, par le nombre et la manière, des crimes, abus et répressions que cette église a commis et commet encore !!... Pour ne vous citer que celle-ci. L'hindouisme opposé à l'Islam la talonnent de près.
Là où je veux en venir est au point suivant : ce que vous avez insinué entre les lignes (sans doute involontairement) est une négation de l'évidence, un rejet de l'Humanité. Affirmer que "La Religion rend l'Homme meilleur", avec tous les contre-exemples qui parsèment l’histoire, se comptant par millions, est soit la démonstration de votre intellect défaillant (or je sais bien que non), soit une totale absence d'esprit critique (je ne le crois pas non plus), soit la démonstration que la religiosité, même une toute petite ferveur religieuse, aveugle les sens et la raison (et c'est le plus probable dans votre cas). C'est une grave affirmation que la vôtre. Mais vous n'êtes pas une minorité à le penser, et je n'éprouve aucun mépris envers vous.
Il existe bien d’autres idéologies ou sources du mal sur cette planète, pourquoi les athées en veulent-ils expressément à la religion ? Je ne puis parler au nom de tous les athées de cette terre, mais si je lutte particulièrement contre les religions, islam, hindouisme et christianisme, c’est parce qu’aucune autre idéologie sur cette planète n’a réussi, comme celles-ci, à si bien camoufler leurs intentions et forfaits, tous basés sur un credo d'impostures, au point d’être parvenues, surtout cette dernière, à "devenir" une institution universelle, respectable, respectée, et prêcheuse de moralité ! Ce démagogique statut la rendant encore plus dangereuse.
Et elle a beau avoir plus d’un milliard d’adeptes elle est la plus grande abomination de cette illustre planète. En défendant contre toute raison et évidence une cause, une mythologie aussi indéfendable, ignoble et criminogène, les croyants - par leur aveuglement - en deviennent complices.
Je manque de mots pour exprimer à quel point je suis indignée et dégoûtée quand j’entends les représentants des églises, quelles qu’elles soient, parler de morale et d’humanisme ; ainsi que les non religieux prétendre qu'elles apportent globalement du bien. Et je ne vous parle pas des athées qui les dénoncent, qui s'en vantent, mais sans chercher à les combattre par tous les moyens à leur disposition.
Je vous crois réellement un homme intègre qui cherche des réponses à des questions… Étonnez-moi par votre ouverture d’esprit, mais s'il vous plaît, n'insultez plus mon intelligence en me citant la fameuse Mère Térésa que j'ai personnellement rencontrée lorsque j'étais plus jeune. Cette grande dame était l'exemple même d'anachronisme et d'absence de raison qu'engendre la religiosité. Un exemple de plus des aberrations que "l'Église sanctifie mais que la justice devrait faire pendre" (1). Une monstruosité rétrograde, défenseur de la douleur, contre l'avortement, contre la contraception, contre l'euthanasie, contre le divorce, contre tout progrès social, contre les NEUROLEPTIQUES, CONTRE LES ANALGÉSIQUES, CONTRE LES ANTIBIOTIQUES !!!
Un groupe d'inspection avait fait un virulent rapport sur ces mouroirs de Mère Térésa qui manquaient des plus élémentaires et indispensables médicaments, ne serait-ce que pour soulager la douleur. Leurs pharmacies étaient quasiment vides... Par manque de moyens? Certainement pas. Par intention quelque peu délibérée, inspirée de cette religieuse vertu de la souffrance. En revanche, ces cinquante-cinq kilos de MERDE (je pèse mes mots) qu'on appelait "Mother Teresa" voyageaient en jet privé et ont fait construire des hospices et couvents un peu partout, grâce aux donations des plus grands dictateurs de cette planète. Des dictateurs qu'elle a systématiquement défendus face à l'opinion publique en échange de leurs donations ! Puis l'affaire fut étouffée, le politiquement correct eut gain de cause.
Dans la ville de Madras, un agent de police est corruptible pour 10 roupees, un juriste pour 50, un avocat pour 100, et un juge pour 500.. à Calcutta, vous divisez les montants par deux. Si vous êtes chrétienne ou musulmane, ces représentants de la loi doubleront leur prix...
Pour terminer, je vous informe que je vous admire pour votre bon sens dans d'autres domaines que vous abordez, et que vous faites partie des gens que j'aurais vraiment aimé avoir pour amis. Si je me suis trop avancée en vous imaginant un défenseur et admirateur de faux-prophètes-humanistes, je vous fais mes humbles excuses et admets que ce long courrier est inutile et non avenu.
J'ai failli oublier de répondre à votre première question " Qu'est-ce qui vous fait vivre, quel est le sens de votre vie ?"
Je continue ma spécialisation en psychiatrie et m'occupe en ce moment de suivre le rétablissement et la réintégration sociale de femmes victimes de viols et de violences graves, la plupart sont des prostituées ou des femmes répudiées. Je ne m'immisce pas dans leurs croyances mais tente cependant de les rassurer sur la possibilité qu'elles ont de ne pas revenir dans le cercle d'où elles sont issues, et de ne pas accepter leur sort comme une fatalité. Cette passivité indienne est encore plus aggravante chez la minorité chrétienne et musulmane qui, en plus, espère une vie meilleure au paradis. Ce n'est pas cet espoir qui rend leur vie supportable, c'est ce faux-espoir qui les plonge dans l'horreur du fatalisme.
L'amélioration de leur condition de vie par l'effort, par la réflexion, par le rejet des traditions fatalistes est ce que je leur propose comme matière à réflexion. Sinon, le gros de mon travail est le traitement des traumatismes et le suivi des graves ou petites psychoses. C'est pour l'instant le sens de ma vie, des cas particuliers que j'appelle par leur prénom. Je ne raffole pas des théories vous savez, ni des utopies, je ne m'occupe que de cas concrets qui anéantissent ces grandes utopies dogmatiques. Et cela me fait vivre (mal, car les honoraires en Inde sont très faibles) mais aussi mourir. J'ai été tabassée à deux reprises par des membres de la famille de victimes que j'avais soignées et défendues. Lors de ma dernière mise à tabac, les deux agresseurs ont tenté de me violer. Mais j'en suis ressortie sans grand mal car j'en ai l'habitude: c'était la troisième fois qu'on essaye de me violer. Les deux premières furent bien plus douloureuses. Tous ces agresseurs sont en liberté. J'ai peur de déposer plainte car c'est précisément dans un poste de police que je me fis violer la première fois.
J'en garde de mauvais souvenirs, une légère paralysie de l'oeil droit et quelques maux de tête. Mais ce qui m'ennuie le plus, c'est que les quelques prétendants au mariage que j'avais se sont tous volatilisés.
Je vous assure que je ne pleure pas sur mes petites misères en vous écrivant. C'est en pensant à ces filles que je soigne, et en pensant à vous qui, peut-être, n'allez pas bien saisir l'intention de mon long courrier, ni croire à quel point mon rejet des idéologies religieuses est total et, non pas issu d'une longue réflexion, mais empirique, par des observations sur le terrain: il existe une "courbe incidente" tellement flagrante entre ferveur religieuse et violence conjugale, entre criminalité et intégrisme religieux, entre inégalités des sexes et dogmes religieux, que je me demande, puisque cela a nécessairement été constaté dans d'autres études statistiques, comment la profession (l'enseignement) de la religion n'est pas encore illégale, comme sont illégaux les écrits et actes racistes dans beaucoup de pays. Rien n'a jamais été publié à ce sujet. Mes différents rapports, mes tentatives d'information ont été censurés puis confisqués. J'ai été sévèrement réprimée.
Je ne sais pas qui vous êtes, vous qui me lisez par Internet, ni si vous avez du pouvoir en Europe, mais j'imagine que oui, puisque vous avez l'Internet... J'aimerais que cela se sache: On souffre et on meurt par la religion dans le sous-continent indien ! Les enfants et les femmes en premier. Et il est dangereux de l'affirmer ouvertement. C'est un appel au secours.
Votre dévouée Sûryâ Satjadith Krishnan
(1) Citation inspirée de Sade - (je suis contre la peine de mort)

samedi 27 octobre 2007

Croyant ou pas ? Dites-nous pourquoi !

Cet espace est réservé pour vos commentaires !

Il n'y a pas de modération, donc pas de censure...

mercredi 10 octobre 2007

Pourquoi ce forum ?

A mes amis croyants,

Avoir le respect des autres est primordial, certes !

Mais la liberté d'expression va dans les deux sens...

Je ne peux pas dire que le pape dit des conneries sur l'avortement, la contraception, (j'en passe et des meilleurs) mais lui peut les dires alors que cela heurte mon opinion, ma conviction !

Le coran dit que les croyants ne peuvent pas représenter Mahomet (référence aux caricatures, sans vouloir entrer dans le fond de ce débat), mais je ne suis pas croyant !

Les hommes doivent respecter les lois, mais il y a les lois divines qui priment !

Quel cirque et qui en sont les clowns ?

On connaît l'adage :

Le non-croyant au croyant

Prouve-moi que dieu existe !

Et le croyant répond

Prouve-moi qu'il n'existe pas !

De biens belles paroles.... qui ne font avancer personne.

LES RELIGIONS QUI LE GLORIFIE SONT BIEN REELLES....

Ce Dieu imaginaire est la racine de ces mauvaises herbes que l’homme ne peut s’empêcher d’ingurgiter afin de se déresponsabiliser en digérant ses échecs à la soumission d’un être supérieur.

Ne serait-il pas temps de passer à autre chose ? C’est, je le pense, le seul moyen de tenter, un jour, de régler les vrais problèmes… de l’humanité…

Enlevez votre déguisement, devenez non-croyant.